Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Recette Azriouie

    18:44 02/11/20.. nouvelles recettes Azriwi de Mama Fès

    Mama et Badai regardent la télévision ! Choumissa présente son émission ! Elle s’exerce à ses prouesses quotidiennes culinaires que des millions de marocains suivent avec passion ! Elle ne nomme pas sa nouvelle recette à présenter ! Au fait elle montre une nouvelle manière de déguster en famille le jour de la fête du mouton ! sa tête farci aux herbes ! qu’elle dépose à « rôtir » dans une espèce de cocotte en céramique au four ! La célèbre journaliste convertie en magicienne des cuisines raffinées et variées va ensuite recueillir la gelée de la cuisson et en faire une soupe à base de céréales d’orge ! C’est Tchicha Azembou d'chعir du printemps !  va dire Mama écoutant plus que ne regardant ! C’est l’orge encore verte.. ! Badai est surprise ! Ces recettes bizarres chatouillent sa curiosité ! Avant de mûrir le grain commençant à germer les femmes berbères s’apprêtaient à amasser les grains pour préparer la semoule Azembou !  Elles coupaient des gerbes bien touffues au bord des champs ! allumaient les kanouns et y plaçaient leurs bouquets pour en brûler les brindilles ! Elles brûlaient les tiges posaient brûlaient posaient ! Après elles ramenaient leur midona réceptacle plat en doum et commençaient à frotter les gerbes brûlées avec leurs paumes ! les grains chutaient..les femmes les recueillaient les débarrassaient de leur enveloppe par des mouvements de doigts appuyés sur les bords d’lmidona et par leur souffle soufflant énergiquement en l’air le contenant léger des graines vertes et lisses qui s’offraient dans toute leur fraîcheur ! Elles les mettaient après à griller dans des poêles d'téne d'argile ! mقàli d'téne ! ت ayejiwe fihom l'mlawi d'lfrعرée! Lorsque les graines vertes sont juste dorées ! le degré de dorure est dosé ! elles ramènent leur meule et commencent à moudre les germes à point ! La fécule obtenue est partagée en semoule fine grosse et en farine ! Chaque spécimen de cette recoupette est destiné à la préparation de mets… si tu savais ya bniyeti !... si succulents!... Ce que je vivais bien avec ces gens ! Je ne comprends pas comment peut-on être propriétaire de fermes..dans notre cas.. où l’on ne peut prendre un kg de btata !?!! Pourquoi vous ne trouvez pas des paysans ?!! une famille pauvre ! partagez avec eux tous les produits de la terre ! Badai ne répond pas ! Elle n’est propriétaire de rien et elle n’a pas à se mêler des affaires de son mari trop spécial !  Enfin rien à avoir avec tout ce que raconte sa Mama de la vie des anciennes fermes de Baba et la ferme de son mari ! Rien à avoir avec ces paysans d’antan ! et toutes les bonnes choses qui les accompagnaient !..Badiعa préfère ne pas y penser elle préfère écouter sa Mama raconter.. Quand je me relevais de mes couches ya bniyeti ! حAdda حAssane me préparait des soupes confectionnées avec le jus de dattes et Azembou ! Je m’en levais comme une rose une rose sur cette joue et l’autre sur l’autre ! Le sang dégouline crie se projette de mon visage ! Comment on préparait cette potion magique ? Elles utilisaient les petites dattes bien crues à la chair ramollie les lavaient très bien ! puis les mettaient dans des marmites remplies d’eau et les laissaient mijoter sur feu doux jusqu’à ce que les dattes fondissent dans le bouillis ! après elles versaient la sauce dans le coulis pour se débarrasser des noyaux et recueillaient le liquide onctueux succulent qu’elles renversaient dans la marmite pour une nouvelle ébullition à laquelle elles ajoutaient du sel du poivre et du beurre rance et épaississaient avec une poignée de farine Azembou ! Mama me décrit cette recette exotique en regardant simultanément la fameuse Choumissa qui exposait à Deuxime ses nouvelles découvertes ou créations culinaires.. Elle anticipe la fête du sacrifice du mouton ! dit Mama elle nous montre comment enfumer la tête du mouton cette folle !  Tiens regarde ce qu’elle ajoute des bouquets aromatiques de romarin menthe ! à l’ognon qu’elle a mis soigneusement sous le chef de l’agneau et couvert du chapeau de ce faitout sûrement prévu pour le four et dont elle a couvert les bords avec une bande empâtée de farine blanche ! Hadi tanejiya moderne ! La suite de l’émission représentée par Mama se souvenant à évoqué comme accompagnement du tajine fumant décoré de légumes sautés des bols de soupe appelée حSouwa par l’étoile Tv ! Bouillon composé avec la gelée du rasse fumé grillé recueillie !!! par notre star cuisine derrière écran ! Tel potage sera légèrement épaissi via cette fameuse farine d’bènedeق ! grains d’chعir encore verts grillés et moulus en farine ! ajoute-t-elle à la fin de l’émission..

    Eclaircissements pour les lecteurs étrangers à l'arabe dialectal marocain


     تt ayejiwe fihom l'mlawi d'lfrعرée! :  le "ت " de l'alphabet arabe est le "t "mais qui se prononce pour  "a" comme pour le "tu" ; la traduction donnerait: les galettes marocaines sont mieux réussies dans les poêles d'argile.

    Hadi: c'est

    Tanjia: plat typiquement marrakchi préparé à base de viande de boeuf  assaisonnée avec des épices bien choisies mise à cuire dans une cruche en argile dans un four feu de bois

    Les autres mots sonts directement traduits dans le texte, le lecteur peut facilement comprendre de quoi il s'agit.

    Merci

  • Souvenirs pressants

     J’ai peur de ne jamais sortir de tous ces souvenirs qui m’assaillent ! Un vrai imbroglio à gérer ! sinon c’est la cataracte cérébrale qui va m’attaquer ! et toutes mes facultés mémorielles vont se masquer ! et sombrer dans l’inachevé l’infini d’un chaos qui me guette au continu ! Je tremble ! tremble de toutes mes cellules ! Si je ne pouvais arriver à tout noter à tout déverser je coulerais ! Je coulerais en permanence un flot au continu de faits passés et présents qui se bousculeraient dans mon corps ! Et je voudrais consacrer toute mon énergie à l’installation de mes programmes cellulaires qui me transmettraient en médium les âmes du passé et du présent intemporel ! Ces belles âmes surprenantes émergeraient d’une technique intérieure intrinsèque à ma verve chimique organique ! Elles rejailliraient à tous les instants me prenant de tous les côtés par leurs crochets magnétiques me dictant forcément pressement de m’asseoir et me noyer ! dans mon monde mes bruits profonds qui remontent de la plante des pieds dont le fourmillement est constant rocambolesque ! mêlés à ces soubresauts de la mémoire en effusion ! Quel mécanisme fascinant !
    …Mama continue à raconter à sa fille l’histoire de sa disparition…  Après avoir lancé l’appel à ta recherche exigeant du concierge de fermer la porte de l’immeuble et rester surveiller les rentrants et sortants  ..عAbdele’Ilahe s’était envolé pour chercher ton père à l’mdina !...
    Oui c’est cette femme عAyoucha qui m’a appris à utiliser cette vieille machine à coudre Singer à manivelle ! que Mama garde encore comme une pièce de musée dans sa chambre à coucher ! Si j’avais encore tous mes yeux ya bniyeti je coudrais mes قkmayess b’yeddi w rرejli ! j’ai plein de coupons que j’avais amenés de la Mecque encore dans ma valise ! .. Ah la pensée vue Mecque ! Le premier voyage hors pays de mes parents en compagnie des tantes maternelles ! Effectué par Mama dans la douleur et la fascination ! Elle a attrapé une méningite qui allait la tuer si des médecins Paquistanais dont elle garde trop bonne impression et conserve tendre reconnaissance à leur égard ne l’avaient arraché aux griffes mortuaires des lieux sacrés ! On m’avait mise sur l’bayasse et couvert le visage parmi les morts ci ce n’était ce beau médecin aux yeux bleus au sourire étincelant aux mains douces si délicates aux paroles sucrées qui m’avait prise en charge ! m’a soignée et remonté le moral ! ..Il parlait un arabe حhlou !  Depuis ce Hejj risqué sur tous les points car cette même année un acte terroriste en pleine foule des pèlerins accomplissant le tour de l’kaعeba s’est produit provoquant plusieurs morts ! Ce que Badai a souffert ne sachant ce qui est advenu de ses parents avant d’être rassurée par..elle ne se rappelle plus ! Mama évoque le voyage Mecque Médine à maints discours quand il s’agit du pays amphitryon des Saعoudites ! Ils importent tout d’lmirikane ya bniyeti des camions chargés de nourriture cuisinée f’lbakiyatesت !  fumantes ! qu’ils distribuaient aux pèlerins affamés ! sidi yebقki stتeرr ! tayeحhechmou bl’bladaتt’ههhoom ! ..
    Retournons à nos machines ! La première à coudre ! à côté de celle-ci sa bécane de sport à domicile ! dont elle ne veut jamais se séparer ! Ce sont deux mécaniques sur lesquelles elle dépose ses couvertures et quelque fois son linge non plié ! Avec amour et respect ! La dernière fois mon frère cadet le dernier de la grappe a voulu la débarrasser de cet engin de sport hideux et inutile pour lui ! Elle le lui a défendu catégoriquement ! C’est mon appareil sportif à moi ! Il me suffit de le regarder même si je ne l’utilise pas ! Faute de jambes solides ya wlidi !  Mchaw rرjilatتe w l’عouinnatت !  Ils sont pàartis !!!!..mhnnfhhh.. !!! Mchàaتt  mamak  ya wlidi  leعziz  عliya !  L’llah yeحhefdek à Mama w yenejjik w yetطewel’lek  عamrek w ye ‘خkhallik  line’nna  baraka  kad’عi  toujours mعana !!! va s’écrier Badiعa affolée ! 

  • Une page de mon roman


    ... J’ai les yeux rivés vers la grande porte !.. coupe Mama son récit souvenirs amers.. dans l’espoir de voir sa dernière bonne arriver sans prévenir.. Cela fait deux semaines qu’elle est partie ! juste après le ramadan ! jurant de revenir ! quatre jours après ! En fait.. avant de partir.. elle a pris toutes ses affaires ! et plus… Badiعa.. la quatrième  fille de Mama.. mariée..retraitée par anticipation après vingt quatre ans de service assidu auprès du M.E.N.. vivant dans une autre ville.. est venue lui tenir compagnie ces jours-ci.. la sachant malade ! oui..un peu seule ! ça me donne des soucis pour la sécurité de Mama ! tu sais ! surtout la nuit ya bèneti ! poussée à m’enfermer dans ma suite à double clé ! craignant le pire !.. lui répond.. Mama courage ! et à sa fille de polémiquer à son tour sentant son flux de sang s’irriter pour plusieurs causes comme vous allez l’apprendre.. il y’ a huit portes Mama !!!

    Pour l’instant.. les deux femmes sont installées dans la chambre TV.. La plus jeune est très attentive aux discours récits Mama qui lui manquent une fois partie tisser sa vie là où elle réside par la force des circonstances… Fatéma va rentrer d’un instant à l’autre ya bniyeti daba تchouf !!… Tu vas voir !..continue à espérer la grande dame qui s’est trop attachée à la jeune fille de vingt deux ans ramenée il y ‘a sept mois direct de la campagne par son père ..à travers le circuit d’une espèce d’agence non légale.. juste par recommandation.. une espèce d’office maison suspecte dirigée par une femme matrone et quelques membres de sa famille et qui..par la suite va lui apprendre sa tante à Bada.. administre aussi le commerce des bébés !!!  traitant avec des infirmières de maternités publiques ! Elle touche beaucoup d’argent pour ses services ! En tout cas..pour les femmes ou jeunes filles qu’elle amène chez des familles soi-disant de connaissance ! elle ne présente aucune garantie de sa part ! Si la servante vole tue ou provoque le feu à la maison le commissaire de police avisé ne pourra rien faire si la coupable se volatilise carte d’identité parfois à la preuve ! Tous les membres de la grande famille venant rendre visite à la famille engagée dans ce genre d’embauche à l’aventure seraient soumis au procès verbal introduits dans une espèce de bureau coutumier aux plaignants auprès de nos commissariats aux agents obscurs ! comme s’ils avaient aussi une dent une revanche des comptes à régler tout à fait à l’encontre de ces interrogés malavisés suspects potentiels !? Un véritable guetapens si ça vous arrive ! Nous sommes tous suspects devant la loi Bada ! La police souvent paysanne d’origine suspecte les fâcheux proprio exploiteurs de main d’œuvre non déclarée et trouble avec un malin plaisir les citoyens de la ville bourgeoise !!! 

    Cependant.. la fille de Mama.. fait sa propre enquête...soucieuse de la sécurité de sa mère.. a combien de fois pris le risque d’accompagner les femmes ou filles jusque chez-elles.. au hasard des pistes cahoteuses et des centaines de km à parcourir à l’occasion !!! Sa grande sœur..qui habite juste en dessus de Mama l’a qualifiée d’aventurière ! une fois qu’elle l’a accompagnée en voiture partante conduite par celle qui n’a pas peur de s’enfoncer au cœur des régions rurales les plus lointaines ! les plus profondes ! C’est toujours intéressant de découvrir les oubliés de la civilisation me confère Badiعa !


    En guise d'éclaircissement pour des lecteurs étrangers à la langue arabo-marocaine dialectalisée transcrite ici en caractères latins et arabe. C'est la croisée de deux alphabets dont j'explique le fonctionnement dans la préface et au cours de quelques pages du livre..

    Pour le  "خ" parexemple traduit en "kh" dénaturant au fait la prononciation d'origine d'autant plus si le "h" reste muet

    le "ق" traduit en "k" n'a rien en commun avec celui ci

    le "ع" qui n'existe pas dans l'alphabet français et disparaît carrément , ne se prononce pas

    le "تou" arabe n'a rien à voir avec le "tou" français

    ....etc. 

    Le lecteur étranger à la langue arabe cependant est servi car je traduis la phrase aussitôt sur la même ligne

    Le lecteur interessé par la langue arabe se fera un plaisir de prononcer exactement les lettres sans les déformer s'il connaît la vraie prononciation d'origine,  sur le plan phonique...