Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le retour à la source




Le matin !!! Nous sommes arrivées Sissi et moi la veille ! Depuis que ‎Sissi est revenue des Etats-Unis que nous voulons venir à Fès ! vivre ‎quelques temps avec Hحbiba dans son environnement ! respirer l’air ‎pur du jardin fassi ! Faire un bain de famille ! Manger les bons tajines ‎verts de la saison ! Enfin goûter aux bonnes choses de ‎Fès ! Badai est épuisée ! avant de mettre ses pieds sur l’ambré-age.. ‎Que d’efforts à fournir dans le désordre de la maison qu’elle doit ‎quitter ! Cette maison qui commence à lui peser ! et tout le remue-‎ménage qui lui incombe ! Un véritable vertige mortel ! Allàaahe !!! est ‎sorti des profondeurs de son être mortifié de son âme triste ! assise dans ‎cette cuisine Corniche où le soleil est absent toute la journée ! Son mari ‎se doute bien de son état d’humeur froide fixée sur l’atmosphère ‎revêche de cet espace désenchanteur ! Un vrai déchirement ! Une ‎tornade dans sa tête ! En tous cas BCP de tristesse ! un chagrin ‎immense qu’elle ne peut définir ! qui la taraude de fond en comble ! Elle ‎a hâte de se voir quitter les lieux où elle demeure presque captive ! Pas ‎moyen de changer de rythme de vie ! Une existence de femme au foyer ‎soumise à l’institution du mariage à l’esclavagisme des familles ! Pliée ‎sous l’égide d’un rythme Larbique jouant cache cache avec les saisons ‎affiliées à son mode de vie retranchée ! Soumise elle ! à leur solitude ‎douce coriace ! Elle est devenue tendance à fuir tous ! Tendance à ‎devenir masochiste ! Elle plus que lui mortifiée par sa santé fragilisée ! ‎Ses bonnes humeurs son dynamisme gâchés ! Lui châtié dans son ‎élément pire qu’avant plus qu’elle cloué sur le sofa déterminé à ‎encourir carrément son mode de vie stagnant !!l’acculant à se plier à sa ‎mesure personnalisée et à ses propres besoins tous facturés suivant ‎quoi au fait ?! Tu vois je suis toujours debout ! hhhhh-mmmm ‎chantonne-t-il pour démentir toute sorte de suspicion faiblesse ‎incontrôlable !! Tiens quelle rigueur à paraitre mitonné au fond d’un ‎égo mâchonné !?!! Les relations !!?! Entre eux !?? Leurs relations ?!!?! ‎Elle ne sait comment les définir ! Elle n’est pas heureuse grosso modo ni ‎malheureuse ! Un sentiment de blocage physique ! de rigueur ‎d’apparence fausse ou vraie creusant les plis du visage faux fuyant ! ‎seules les expressions crument ressenties se manifestent sûrement !! ‎dans l’outre mesure ! Sentiment d’insatisfaction obscure ! Des points ‎d’interrogation ???! Du découragement ?! Du désespoir ?! Des ‎sentiments d’étouffement la friponnent !!! Son humeur à Badi la ‎biscornue s’en ternit ! Elle sent ses os friables ! La rouille qui envahit ‎les façades de leur demeure face à l’Atlassi.. presque en fonte ! Ah ! la ‎rouille rouillée aux teintes variables touche tous leurs membres moisis ‎au trois le quart ! Les saisons s’accumulent ! Et l’histoire du temps qui ‎coule fredonnant l’insoluble l’irrésoluble continue ! Toujours le même ! ‎S’abreuvant de leur indolence impotence ! Quelque blocage les fixe sur ‎place !‎

Le rêve de Mama

Elle a rêvé d’une espèce de tribunal céleste pour les morts ! d’un ‎démiurge exhalant beauté et lumières blanches débordant de charisme ! ‎
Les morts rentraient pour paraitre devant l’éminent ! Parmi eux il ‎y’avait mon père ! Il portait une vieille jellaba et un cache- col dont il ‎s’emmitouflait le visage trop amaigri et l’air moribond ! Ça pullulait de ‎morts rentrant et sortant.. !.. Soudain !!! J’ai vu ton père en sortir ! ‎J’étais là ! On m’a dit que je devais l’attendre ! J’étais belle dans toute ‎la force de ma jeunesse ! Je portais une tenue éblouissante ! Il s’est jeté ‎sur mon buste et a posé sa tête !...‎

Les commentaires sont fermés.