Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La rencontre chant/poésie

     

     

    «Ce dialectal marocain si riche et varié, aussi snobé soit-il par quelques pays arabes, quand il est employé par un génie de la Chanson marocaine comme Hحoussine Slaoui, cela donne lieu à des chefs d’œuvres. Ses chansons ahههazije chaعbiya (chants populaires) ont marqué toute une époque d’avant l’indépendance. Nos parents en gardent des leitmotivs symboliques comme: حdéiحض rassek en «dض» emphatique, laye fouzou fik l’قawmane ya flàne! (Fais gaffe concitoyen sinon tu seras bouffé par la gente humaine).. C’est le langage aussi de la poésie populaire malحoune,(Malhoun), poésie très prisée par les marocains et objet d’études et de recherches universitaires. (Je recommande ce lien à ceux qui s’y intéresseraient:http://musique.arabe.over-blog.com/article 25107520.html) citant Fouad Guessous auteur de «le Melhoun marocain dans la langue de Molière». A mon avis, quel(le) qقseida-poème peut-il/elle (il pour poème au masculin français et elle pour قseida au féminin arabe chez-nous), valoir «Rzale Fatma» (Le bel élan de Fatma), on pourrait penser au bel amant de Fatma, par exemple ou «Demlije Lalla Riت (le bracelet de lady Rita); c’est un espace poétique à ne pas manquer. L’usage du dialectal en poésie est plus proche du cœur du peuple marocain, familiarisé avec les chants qui reprennent ce langage du parler quotidien de l'époque et en déterminent forcément la beauté et la richesse d’un patrimoine linguistique purifié de tous les emprunts qui l’ont intégré au fil de l’histoire contemporaine.

    «J’aime aussi Rwicha , me dit Badiعa, ce chanteur berbère qui chante aussi en arabe dialectal«Faتe عlik l’حale» Il est trop tard pour toi.. «عAle l’l’mdina rebرaت chemss» (Le soleil s’est couché sur la ville).. Dans ces deux chansons, je ne sais pas pourquoi il évoque une phrase-clé «عla l’ke’lam briت n’صsoume»:(Je veux faire le jeune des paroles!); comme s’il voulait répondre à son public berbéro arabe: Écoutez les voix et ne faites pas attention aux paroles, c’est juste l’hymne de l’Atlas qui fait écho dans l'atmosphère et vibre dans nos oreilles et dans nos veines. Et, au fond de notre âme musicale il draine les sons vivifiants, les vibrations des voix mythiques d’un passé lointain, ancré dans cette terre hospitalière et accueillante qu'est celle du Maroc-Uni. Faisons abstraction du sens des mots et laissons le chant, cet art musical et poétique, charmer nos sens. Oui!,à chaque fois que j’entends Rouicha ou Najat عTتاabou chanter en arabe ou en berbère, je suis transportée aux cimes des montagnes du moyen Atlas dont les voix profondément enracinées dans la terre, s’élèvent au ciel, touchent les harpes des muses, puis dégringolent au fond des vallées et remuent tous mes sens. Ces voix spécifiques à l’intonation tamazigh, chantent en arabe à travers des voix graves d’hommes se touchant les épaules, en symbiose avec les voix aigües de femmes se serrant les coudes. Toutes ces voix montantes, unies et profondes, sont mêlées à quelques instruments musicaux élémentaires, parfois aux seuls guembri, luth berbère et au benedir, sorte de tamtam tenu par les deux bras du danseur, soulevés à hauteur de son buste; on a l’impression de ne voir que le tambourin plat sur lequel il bat la percussion avec ses deux mains, transformées en élytres battants. Souvent les chants sont menés par une voix d’homme, chef d’orchestre qui peut aussi s’accompagner par trois ou quatre femmes enroulées typiquement dans leur linge blanc, serrées aux hanches par des cordes noires tressées, garnies de grosses paillettes multicolores, tonitruantes. Ces femmes toutes vibrantes de leurs cordes vocales, répondant au rythme ambiant, exécutent des mouvements de danse typique à la région, répétant à l’unisson ce chant hermaphrodite que j'imagine bruiner dans mes oreilles, au flux de ces vers spontanés qui me viennent en tête...

     

    ô femmes musicales

    ô femmes fertiles de l’Atlas généreux

    ô femmes philharmoniques

    ô épouses des grands bâtisseurs des piliers du ciel

    ô zéphyr des harpes divines

    ô arsenal de chair de tenues et de bijoux sautillant

    ô rythme des longues complaintes

    À la mesure des intonations aiguës&viriles

    Vous fécondez l’androgyne

    ……….

    «Je suis frappée par ces voix féminines dépassant celles masculines du modeste orchestre placé en arrière timbre&son! Leurs voix mélangées en concert avec la tonalité des instruments, arrivent bien distinctes en flots, en bas de nos oreilles comme le bruit des cascades giclant sur les roches cristallines argentées, sorties du giron des montagnes de l’Atlas jurassique. Je goûte l’a’ssala, atتoraت l’watani (notre patrimoine culturel authentique) qui n’est pas utilisé dans un cadre folklorique destiné aux touristes, ou consacré aux festivités nationales. J’aimerais que toutes les chansons berbères soient traduites en arabe dialectal, en cette darija que les peuples des pays de l’orient soi-disant ne saisissent pas bien. Elle les rebute notre darija parait-il ces chauvins de l’orient, aussi imprégnés de leurعourouba, ce panarabisme qui n’a pas aboutit.. Notre darija s’alphabétise heureusement dans la chanson, le théâtre, la comédie chaعbi.(pop),au cinéma, dans la pub...etc. C’est à voir et à diffuser dans tous ces pays parlant l’arabe; Vous pouvez consulter ces liens: www.marocdarija.com ou www.tube4us.com

  • Une identité problématique

    La formation de l'identité de la femme marocaine à travers le film marocain contemporain

    Film / Amours voilées

    Voir les romans de Yasmine Chami Kettani «Cérémonie» et «Marrakech lumière d'exil» de Rajae Benchemsi; Il me semble que le scénariste de ce film s'est beaucoup inspiré de la thématique des deux romans dont voici le résumé: suivre les liens ci-dessous:

    http://www.bibliomonde.com/livre/ceremonies-86.html

    http://www.liberation.fr/livres/0101437332-rajae-benchemsi-marrakech-lumiere-d-exil

     

    La modernité place la femme marocaine d'un certain niveau d'instruction et d'émancipation dans une situation déstabilisante tant que l'inégalité sexuelle demeure et l'impact de la religion fait obstacle à son épanouissement physique et socioculturel . Elle est considérée toujours telle une mineure en besoin de tutelle.

    Le film Amours voilées met en scène un groupe de jeunes filles et de femmes déchirées entre modernisme et traditions. «Modernisme» signifie épanouissement suivant les pratiques occidentales. «Traditions» renvoie aux préceptes de la religion musulmane et aux valeurs du «sacré», bien entretenus par les familles marocaines bourgeoises malgré leur adoption des divers aspects de la modernisation suivant les normes européennes(cf mode de vie et de pensée). La nouvelle génération des femmes instruites par conséquent, est partagée entre deux cultures, deux visions du monde différentes. Aussi leur lutte en vue de concilier entre les principes socio-éducatifs, religieux et les besoins de l'émancipation à l'occidentale aboutit-elle souvent vers l' échec social.

    Asmae l'héroïne du film qui cherche l'équilibre entre modernité et tradition tombe dans des paradoxes presque insurmontables, elle vit au cœur de la contradiction et incarne une identité problématique, elle est représentante d'une génération intermédiaire entre modernisme occidental et traditions arabo-islamiques. L'identité de la jeune fille est confrontée à deux modes de vie et de pensée de cultures différentes, et la musulmane en elle, avec voile ou sans voile, essaie de trouver des compromis pour se réconcilier avec soi, avec son entourage et sa religion, à savoir son identité d'origine, marocaine de culture issue d'une famille bourgeoise et musulmane pratiquante.

    Ainsi on retrouve deux sphères d'évolution chez les personnages féminins du film. La première englobe la vie au sein de la famille bourgeoise traditionnelle où l'instruction des filles est primordiale, la maman y veille; les rapports de famille sont fondés sur le respect et la pratique de la religion, l'entourage socioculturel est religieux. Et en même temps, parallèlement à la première, une autre sphère reflétant le modernisme propre à la vie des jeunes filles et jeunes femmes émancipées du groupe semble emporter celles-ci à s'affirmer en tant que personnes agissant avec une certaine liberté des meoeurs (cf soirées, sorties en boites, relations avec hommes..).

    Le cercle des jeunes filles et des jeunes femmes est hétérogène, il met en scène des catégories sociales différentes, (cf la classe moyenne: la coiffeuse qui est de mœurs relâchées). En outre, ces femmes s'identifient comme réceptacle des deux modes de vie et de pensée. Leurs tendances découlent de l'islam( prières, voile, mariage, désir d'enfants, besoin de stabilité familiale et sociale) et d'autre part besoin de sortir le soir, aller dans des boites , rencontrer du monde, s'amuser, et puis tomber sur l'homme de sa vie)

    Ainsi se développe la notion de l'amour avant le mariage et l'identité sexuelle avec

    D'autre part se pose la problématique de sexualité et islam et la question du hحalal consommé avec le mariage qui sauvegarde l'identité de la femme musulmane

    Le danger de l'influence occidentale qui prône la liberté sexuelle en raison de l'égalité entre homme et femme dans ce domaine est clair dans le déroulement des évènements; Ainsi on constate que les tendances occidentales perturbent vraiment l'identité de la femme marocaine placée entre deux modes de vie et de pensées différents.

    La quête de la liberté sexuelle suppose l'amour dans le péché: la musulmane moderne est déchirée à l'idée d'une relation sexuelle en dehors du mariage; Asmae en se réfugiant dans la religion cherche le repentir contre le péché mais n'arrive pas pour autant à y échapper, la tentation est forte et elle succombe à la séduction du mâle et de son corps aussi qui pratique des besoins naturels de femme d'un certain age et niveau d'instruction. En outre l'identité sexuelle se développe et s'interpose entre l'identité d'une femme musulmane et l'identité d'une femme moderne.

    L'identité sexuelle, répond à l'épanouissement du corps, garantit un certain équilibre de la femme moderne libre indépendante et autonome.La sexualité apparaît comme l'idéal absolu de la féminité à atteindre et à acquérir. Tout comme le caractère d'Asma, entre mœurs occidentales et respect de la tradition, la beauté et la séduction semblent pouvoir s'inscrire dans ce film de manière troublante au cœur de la dichotomie entre la tradition arabo-musulmane et la modernité occidentale, tout comme la société marocaine elle même noyée dans un cahos de contradictions y compris son bilinguisme qui domine comme arrière fond dans ce film.

    Le vertige de l'identité s'incarne dans le port du voile et la pratique des amours voilées, Asma se cache, cache son visage voile sa relation et finalement brise le miroir qui lui reflète le visage du déchirement, le dédoublement de la personnalité , elle va briser le masque de la religion et de l'hypocrisie sociale. La femme tout naturellement recherche l'amour et tombe sous le joug d'une double séduction, celle de l'homme et celle de son propre corps.

    Le film pose une problématique identitaire de la femme marocaine moderne, instruite, bien éduquée et émancipée, celle qui ne peut renoncer à son éducation fruit des traditions. Le déchirement et la quête de soi s'opèrent entre la famille, la culture, la société, et l'identité devient une affaire de gestion d'une disparité culturelle , on recherche à rétablir le lien de la genèse de la base de notre personnalité construite dans un cadre arabo-islamique tout en voulant atteindre les pratiques occidentales . Le titre du film 'Amours voilées» pose l'enjeu des désirs du corps féminin d'une part et le besoin de purification dans un islam refuge qui ne semble pas répondre au déchirement que cela provoque chez la jeune fille moderne qui retarde son mariage ou la jeune femme abandonnée par le mari. Le Hحalal pose une problématique socioculturelle et religieuse. Il s'interpose entre les relations amoureuses des jeunes hommes et des jeunes filles et fait obstacle à l'émancipation du corps. Quand cela arrive, c'est le déchirement, l'ambiguïté et l'échec social.