Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Histoire d'un bond avorté

    ''Seule la perception erronée place tout dans l’objet, quand tout est dans l’esprit", note *Marcel Proust. Et Badiعa se détache absolument de tout ce qui dérange sa pensée, alourdit son existence depuis ixe temps, cet univers d'objets envahis par la poussière...

    *Marcel Proust, auteur d'' A la recherche du temps perdu''

    C’est dans les règles tracées par sa propre justice, par probité strictement personnelle, qu’elle se fixe de temps à autre une ligne de conduite à tenir quitte à choquer certains esprits mal avisés sur la nature des femmes sensibles, spirituelles et honnêtes.. Elle ne permettrait désormais à personne de lui mettre des obstacles à cette disponibilité acquise dans la houle des circonstances menant son esprit librement avec ténacité vers l’histoire de son enfance, de son adolescence, vers la reconstitution de sa première jeunesse, de son être dispersé, de sa vie grosso modo, vers son avenir tout court. Elle se considère avoir été arrachée à son élément à une période où toute jeune fille encore étudiante, espère quitter sa famille, son pays, construire un avenir brillant, franchir ses rêves et surtout faire un bond vers l’autonomie et l’indépendance. Et à peu prés arrivée au bord de ses espérances, voilà que toute sa destinée a pris un autre tournant. C’est dramatique quand elle y pense avec concentration et recul à ce temps irrécupérable qui fomente des erreurs fatales selon elle.

    Maintenant elle me prie de la laisser se délecter de cette petite liberté provisoire volée à d’autres cassettes. Elle a aussi tendance à positiver son parcours de vie et le mener vers des instants réjouissants sinon elle médite longuement sur ses incapacités à lutter contre les rouages de son histoire parsemée de haltes illusoires. Que peuvent représenter quelques préoccupations intimes, plutôt délicates, nourries par une nature rebelle résidant dans un espace ou un autre, quand le besoin de se sentir infiniment soi, se mêle avec les besoins de convention d’une réalité plus que médiocre, ressentie pauvre, moribonde, contraignante, ingrate, empêchant un être bouillonnant de rêves de se réaliser aux confins de ses désirs peut être fous, anormaux, difficiles à assumer,.. contre une nature de femme qui est constamment à la recherche de soi.. me confie souvent Badiعa.. La raison pour elle de disparaître de la vue de quelqu’un baignerait dans une sorte d’égotisme jugée affreux, anormal.. Enfin, il faudrait assumer son choix, pense-t-elle, mais quel choix?, celui du cœur ou celui de la raison?, se retrouve-t-elle à soupeser dans ses nombreuses cogitations.. Cependant, quoiqu’elle désire faire tiraillée par son esprit malmené, elle perçoit que des maillons invisibles la retiennent là où ailleurs, là où elle est juste abasourdie par l’environnement, par les réactions des uns et des autres; elle s’oublie, elle s’affaire, elle se consacre au service de cet autrui, proche aimable ou étrangement lointain, hautain, indifférent, et insaisissable..,et se sent affreusement grugée en constatant autant d'ingratitude que d'arrogance animer quelques personnes si proches....