Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Ritournelle

    .Elle crie justice et intégrité. Elle vient jusque chez-vous et vous crible de ses mensonges et diffamations. Vous sautez de votre place pour la remettre à sa place. Elle continue à sortir des aberrances, à dire tout à l’envers, vous crible de ses dénégations et vous mord en pleurant. Elle dit qu’elle ne comprend pas … elle comprend tout de travers, crie et ne veut pas entendre ni comprendre la voix de la logique universelle s’il y’en a …Celle qui est horrifiée, se met debout et crie au scandale. Comment peut-on à un niveau d’intelligence confondre ce qui est clair, tangible et crier à la face de l’autre des calamités…

    Il y a cinq ans de cela le mari devait acheter un ordi pour sa fille à Marjane. On trouve que la fondation Mohammed six fait une réduction de deux mille drh pour l’achat de pc à condition que la personne ait un abonnement avec Maroc télécom sur internet …On ne dispose pas de carte Mohammed six ; on demande à madame sa sœur si elle peut faire cette faveur …Elle accepte mais elle n’a pas d’bonnement internet avec Maroc Telecom. Alors elle le fait en son nom bien sûr et on lui accorde la faveur du pc qui revient à sa nièce… Cette faveur n’est accordée qu’une fois à la personne demandeuse. C’était clair.

    Après cinq ans de va et vient et de litanie sur cette histoire qui n’en finit pas… madame n’a pas compris pourquoi elle s’est abonnée sur internet et pourquoi elle a fait ce geste…Elle se voit roulée et colle tout le méfait sur le dos de sa belle-sœur qui n’a fait que accompagner le geste et a ajouté cinq cents drh aussi pour l’achat de ce PC qui revient à sa fille… Elle a trouvé ce geste beau tout simplement et l’affaire pour elle a été close.

    Mais pour son grand malheur, elle ne va pas comprendre pourquoi la belle-sœur soi-disant ignorante, elle ne savait pas ce qu’elle faisait. Car elle vient à chaque fois lui taper à l’oreille : je n’ai pas de PC, on m’envoie des factures d’internet, je ne comprends pas…L’autre lui dit tout bêtement, mais achète un pc et profite de ton abonnement, c’est simple comme bonjour. En plus cela ne fait même pas Cinquante dirhams par mois avec la réduction Mohammed six sur l’Internet pour les enseignants ! Elle s’en va et revient une autre fois et chante la même histoire : je n’ai pas de Pc et on m’envoie des factures...je ne comprends pas…L’autre est ahurie. La belle-sœur revient une autre fois et dit, je ne veux pas payer ces factures, je n’ai pas de PC, je vais résilier le contrat…L’autre lui dit les PC ce n’est pas vraiment cher, tu peux t’en acquérir un et profiter de ton abonnement… Elle s’en va, fait combien de démarches auprès de Maroc Telecom. L’autre ne suit pas l’affaire ; tout juste elle ne comprend pas pourquoi cette dame riche qui se paie chaque année des voyages organisés à coups de millions, n’est pas capable d’acheter un mini Pc et profiter de son abonnement sur internet…

    La revoilà la belle-sœur revenir et taper aux oreilles sa rengaine, je n’ai pas de Pc et j’ai résilié le contrat après combien de démarches et de conseils d’amis ; je n’ai pas à payer cet abonnement car je n’ai pas de PC ; c’est de l’ordre de 8OO drh. La belle-sœur saoulée par cette histoire qui se répète d’une année à l’autre, répond tout simplement, oui c’est logique, tu as bien fait. Quand tu auras ton Pc tu te réabonneras.

    Jamais la belle-sœur ne tape aux oreilles de l’acheteur de l’ordi qui a demandé cette faveur. C’est sa femme à l’acheteur qui reçoit toute la matraque de l’histoire de la faveur qui a mal tourné. Car madame maintenant est persuadée d’avoir été abusée parce qu’elle ne comprend pas, comme ellele répète à chaque fois. Cela devient une litanie, à chaque fois qu’elle vient leur rendre visite ; elle le répète.

    Et enfin, on apprend qu’elle s’est acheté un Pc, alors on la félicite pour cet achat d’ordre vital pense la femme saoulée par l’histoire ré racontée.

    Mais Il lui faut une autre année à celle qui n’arrête pas de faire des démarches dans le sens de la réduction volée auprès de Maroc télécom et de ‘’je ne comprends pas’’ pour se réabonner…Elle ne dit pas clairement qu’elle cherche à avoir à nouveau la réduction sur le prix du PC et sur l’abonnement internet. Elle est fermement persuadée qu’elle a été roulée par la belle-sœur qu’elle dit avoir été à l’origine de cette histoire. Celle-ci ne se rappelle pas cet incident d’ordre diplomatique qui la poursuit depuis cinq ans. Elle se rappelle tout simplement la démarche pour obtenir la réduction du PC acheté par monsieur pour sa fille et « le beau geste » de la tante qui se persuade de plus en plus qu’elle a été roulée dans cette affaire d’accord de faveur à sa nièce et à son frère.

    Cela commence vraiment à dégénérer.

    ET puis voilà le téléphone sonne. Après les salamalecs du contrat social, celle qu’on croit avoir entrainé ''la Roulade'', entend : vous avez pris le modem, mon modem….Quel modem ?, va questionner l’autre au bout du fil. Lorsque je me suis abonné sur internet tu as pris le modem, affirme la voix accusatrice. L’autre voix franchement saoulée par cette histoire de débile s’anime : Mais qu’est-ce que je vais faire avec ce que tu appelles modem, ton modem ?  Franchement ton histoire me fatigue…coupure du fil…

    L’accusée est à nouveau ahurie. Mais comment ose-t-elle l’accuser et la persécuter de cette manière ? Ras-le bol. Elle essaie d’expliquer au mari sourd que sa sœur déconne vraiment. Il dit avoir compris et qu’il va lui téléphoner pour lui expliquer. Il n’en fait rien. La femme en est toute bouleversée et malade…Elle ne comprend pas comment un professeur universitaire puisse tomber aussi bas et accuser à tort en affirmant sa soi-disant ignorance. C’est insupportable. Elle a beau être tolérante, elle finit par exploser.

    Et voici le jour scandaleux... Comme à son habitude, l'accusatrice zélée, sans se faire inviter, vient pour s’offrir le déjeuner du deuxième jour de l’عide. La belle-sœur accusée sent le climat se tendre et les mauvaises ondes circuler. Le regard et l’haleine de la convive sont mauvais. On est venu pour rouspéter contester accuser et crier des mensonges ahurissants. C'est une vielle habitude qui a souvent marché à cent pour cent avec le frère. On entend après s’être rassasié à satiété du bon déjeuner préparé par l’hôte de la ritournelle à martyriser cas échéant... Elle entendra : vous avez fait l’abonnement sur internet à mon compte, en mon nom, j’ai le contrat. L’autre va sauter de sa place : mais elle est malade celle-là, comment peut-on faire ça ? Moi je me suis abonnée sur internet avec Maroc Télécom des années avant cet incident qui nous poursuit depuis cinq ans… Elle est furieuse. Elle essaie d’expliquer à « l’ignorante » qui ferme les oreilles et parle sans cesse et ne veut rien entendre, toute prête à attaquer dans le tort, à mentir et à nier mine de rien sans aucune gêne, son frérot assis sagement à côté d’elle, il ne parle pas. Il n'est pas connecté. Il fera aucun effort pour comprendre. L'accusatrice zélée persiste à se croire avoir été éconduite et abusée par la démone des lieux qui se démène à vouloir expliquer en vain…Elle ne veut rien entendre ; elle a son raisonnement ; elle a ses arguments tirés par les cheveux et les conseils d'amis ! Elle accuse et dit beaucoup de mal de la démone ahurie qui se met en colère contre cette butée intolérable, cette sourde qui ne cesse pas de parler et ne veut rien entendre et se clame « innocente », « intègre » « et crie à l’injustice ». C’est le bouquet de tous les malentendus et de tous les sous-entendus, de tous les mensonges et de toutes les dénégations ; et la mégère s’enfonce de plus belle dans ses médisances et dans sa mentalité de rétro. Elle insulte et dit beaucoup de mal, accuse sans aucune vergogne avec sa langue de mégère. L’autre ne sait que crier : elle est malade celle-là ! Dieu jamais je ne veux plus ni la voir ni l’entendre, jamais je ne veux avoir affaire à elle, c’est fini, fini, j’en ai marre de toutes ces histoires de fous ! Fous ! Fous !

    Et L’autre comme d’habitude, se tait et prend position. Car les sourds s’entendent bien entre eux et croient la même chose quand il s’agit de leurs propres intérêts.

     

    La jeune fille dans son ingénuité veut rompre les affronts et remettre les effrontées en bons termes. Mais l’accusée à tort est à la recherche de la vérité et connaît parfaitement le côté comédien et hypocrite de la belle-sœur qui travaille son image en permanence devant la famille et la société. Elle va comprendre que celle-ci a bien su jouer son rôle de « l’ignorante » qui répète ''c’est aussi ma fille !'' Elle regrette son geste et toutes ses démarches faites auprès de Maroc Telecom c’est pour reconquérir la faveur de la réduction. Alors sans vergogne, elle va traiter sa belle-sœur d’usurpatrice de contrat et l’accuse d’avoir pris le modem. Elle fait même le cinéma dans la boite devant les administrateurs en disant est-ce que vous avez pris le modem ? Elle doit crier à droite et à gauche qu’elle a été abusée par la belle-sœur qui a fait l’abonnement en son nom et elle ignore toujours ce qui s’est passé !

    Oh la saleté, elle lui en voudra à mort ! Et la jeune fille ingénue qui les a obligées toutes les deux à s’embrasser et dire ''laye saméح,  safia labane'' le comble des combles, ma safia labane walou !

    Oh la saleté la traiter d’usurpatrice en plus usurpatrice de contrat ! Elle, avoir fait l’abonnement sous son nom ! et l’avoir privée de la réduction méritée puisque c'est elle qui a la carte Med VI ! Elle a dû depuis des années courir pour convaincre Maroc Télécom que sa belle-sœur a utilisé son nom pour faire un abonnement et avoir cette offre de réduction et elle c’est l’ignorante abusée ! Et elle est l’innocente qui ne fait que du bien autour d’elle ! Et l’autre makaحتhchemsssss ! L°mawazine m°قlouba !

     

    Et le frérot est sage sur sa chaise ! Vivra verra et entendra, dirait Mama. Ils sont forts dans la comédie. Comment classer cette affaire ? C'est une autre cassette dans les reliques de Badiعa.