Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Comme si la vieillesse était une tare

 

Comme si la vieillesse était une tare!, commentera plus tard Badiعa irritée,…oui, une tare dont il faut absolument se prémunir. C’est un état à assumer avec conviction, et qu’on doit assumer en tant que tel et rien de plus, tout en fournissant les efforts qu'il faut, sans prévoir une dépendance extrême des autres…ou crier son impotence à tort et à travers, à gauche et à droite.

Je viens, cite Badiعa, de voir un documentaire français qui dénonce ‘’Le travail des Retraités’’ qui ont une pension insuffisante. Ceux-ci en besoin d'argent, se cherchent des petits travaux et se font payer à moitié prix par leur employeur qui profite de leur statut social.

Qui peut vraiment prémunir la vieillesse nécessiteuse et réglementer son rendement en cas d'embauche ?

Toutes les fonctions accomplies par les vieux et les vieilles dépendent de leur état physique et psychologique...

Je suis tombée en admiration devant un p'tit vieux de 82 ans qui passe sa journée à distribuer des brochures publicitaires dans la ville. Il fait des km à pied et le soir, il passe des heures à faire le tri dans une masse de papiers préparant la journée suivante. Il paraît privilégier d'une bonne constitution physique.

C’est une chance !

Non !, rétorque Mama, j’ai entendu ce matin à la radio qu’un homme de condition physique moyenne à 65 ans équivaut celle d’une jeune fille de 25 ans ! Mais il se trouve que les femmes/ lli kay°yaعtéw ddéق f’srer°hoom l°thamara, / (qui s’exténuent en toutes besognes) sont déjà finies à 45ans !

Dis-moi, comment juger de telles pratiques dans les sociétés dites développées ?

Chez-nous, la vieillesse demeure encore un tabou social. Cependant que de vieux démunis sont jetés à la rue sans stimuler aucune affection de la part des passants pressés de rentrer chez eux ou de partir faire des courses… Ces vieux n'ont ni sécurité sociale, ni gîte, ni association caritative qui les aideraient à supporter leur condition humaine.

Il faudrait penser à régénérer le corps humain voué à la dégradation à partir de cellules-souches neuves. Ainsi on envisagerait la vieillesse telle une autre phase de la vie humaine, mieux gérable. On peut bien le faire dans ces pays où les vieux se font de plus en plus sentir !

Et chez-nous ?

 

J'ai dit partout !

Les commentaires sont fermés.