Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman à thèse Essai

  • ECHO TERREUR


    Cet emblématique état de cerveau abruti ..,..trop fatigué.. !. ‎malmené.. !.. .. !.. .. cette chimie de l’organisme maudit !.. ?!.. frôlant ‎ou l’hébétude ou le conditionnement par automatismes stérilisants ! ‎baissant les bras ! bandant les yeux ! bouchant les oreilles…Dans ton ‎entourage…frisant l’abrutissement hébétude.. tu entends .. Venons ‎de démanteler un réseau de terroristes !!!….Quoi ??? …aux ‎informations du jour malingre… Quelle association tu fais ?.. ‎abrutissement qui produit des terroristes assoiffés de sang.. ?.. !!.. ‎affamés de chair brûlée !..hantés par l’image de destruction !.. y ‎comprise la mienne destruction ! mon hantise en tout lieu !... ??!!.. Je ‎ne sais pas ?! ..d’où j’ai tiré cet état énigmatique des instants ‎fulgurants qu’aucun calmant n’attenue ! Moi je me sens abrutie je te ‎dis !!! On ne sent pas l’état d’abrutissement on le subit !..L’abruti ‎veut libérer son âme ! Il sent alors… !! Mon âme veut se libérer ! ‎libérer d’autres âmes.. !!! Qui peut dire innocentes ou non.. ???.. Je ‎trainerais en enfer ou au paradis des rescapés à la vie d’ici bas.. !!.. ‎Demain finira le monde des vivants ! dans le chaos des rapaces ‎insatiables qui gouvernent.. ce monde peuplé de fous furieux ! ou de ‎bêtes humaines ! vivant sans aucune autre raison ! sauf celle de se ‎goinfrer de n’importe quoi !. se rassasier ..de thé sucré ! de pain ‎chaud tiré ! du four.. !.. celui que leur prépare l’avenir humain.. !?.. ‎divin ?!!.. ou d’agneaux mechwi !?.. ‎
    Oô ! fils de pauvres brebis agonisantes.. ‎
    Quand Dieu serait clément voudrait libérer ‎
    ses créatures heureuses rassasiées ‎
    de bonne chair rose rosée..saignante.. ‎
    c’est de leur bonheur factice miroitant que lui ‎
    le divin ses anges et le diable en rient.. ‎
    Paradoxale prés-destinée !!!...‎
    Allez paitre dans les champs verdoyants ‎
    de vos ancêtres Humains ! ‎
    Considérez l’azur bleu ! la beauté des paysages ‎
    de la mère Eve-nature retirée ! ‎
    Aimez la vie qui va s’offrir à ‎
    la bonne chair toutes couleurs rassemblées ! ‎
    Là haut tout est vachement beaau !!! ‎
    A ceux d’ici bas ! jouissez des plaisirs éphémères…‎
    Mais là sur terre des vibrant.. ! quelles causes poignantes brûlantes !..à ‎la dérive.. ! qu’en restera-t-il de leur dépouille de bêtes ‎humaines..ahuries ? ? un écho de terreur…inassouvie…Et celle de ‎ceux sans ou avec raison.. celle de vivre... aimer.. posséder.. ‎dominer.. laisser des empreintes.. ou mourir incognito… Vous finirez ‎tous noyés dans le gouffre sans éclats ! Ceci si l’homme sanguinaire ‎clément ! vous gratifie de sa pitié rédemptrice.. ne menace pas vos ‎jours de crève-cœur ! et crève-raison.. !! ..Vous atteindrez les limites ‎de l’histoire de l’homme sur terre…‎

  • Le Net et le Généreux

     

    Et qu’en dis-tu de tous ces autres amoureux du contact virtuel et qui pratiquent leur lecture, dans leur hâte de consulter le maximum d'informations, à travers la rubrique de ''mar' à l’kirame''? comme on dit chez-nous,(du passage des généreux)?, me demande Badiعa. Quand on dit chez-nous, «iwa dirli mar al kiram, douze b°lخخéf»(fais-moi le passage des généreux, passe léger), je veux bien savoir ce qu’on insinue dans cette situation.

    Je lui réponds comme je peux, je lui dis que sur le plan stylistique c’est une litote, on dit le moins pour insinuer le plus.

    Mais non, c'est une antiphrase, remarque Badiعa.., on insinue le contraire! Le généreux égale avare dans ce cas. On peut comprendre ainsi que toute générosité est calculée, (remarque-t-elle). Cela peut vouloir dire, (poursuit la jeune femme prise dans ses explications personnelles), si tu es généreux et tu as des dispositions pour le don de toi et pour la charité, sois bref, ne reste jamais plus de deux secondes à la même place pour ne pas obliger ton grand cœur à céder aux dépenses de toutes sortes. Autrement dit, ne sois pas expansif dans tes largesses, on t'incite à être avare, quoi! Trop de générosité ou de don de toi peuvent te perdre.

    Oui, c'est à peu près cela, l'abstention est louable, autant tu t'abstiens, autant tu te préserves. C'est aussi favorable à l’esprit d’économie et de renonciation conseillés par les religions.

    (Nous pensons la même chose)

    Comme si la générosité du cœur, de l'esprit, le don de soi, affirme Badiعa, étaient devenus une tare dans nos sociétés modernes. Nos concitoyens sont surtout motivés par la consommation du virtuel attaché au luxe et au confort des sens affamés, et ceci se fait à travers les médias qui ne peuvent plus marcher sans connexion à internet. La radio et la TV vont peut être disparaître bientôt des maisons de notre nouvelle génération de jeunes accros au PC.

    Cela, ajoute-t-elle, me renvoie aussi en tête ce spectacle de paraboles infinies sur les toits des baraques de nos bidonvilles. Nos peuplades démunies se nourrissent à travers les écrans de leur télévision, notre jeunesse oisive à travers les échoppes de Cyber-net et nos intellos à travers leur PC connecté à l'occident.

    Au fait, si je comprends bien, déduit Badiعa, l’kirame (ces généreux, par leur passage et regard hâtif, (dans ce genre de situations relatives à l'effort intellectuel, combien stérile en soi dans nos milieux),se détournent de l'espritde générosité associé à la quête de la connaissance et du savoir évoluer, en l'occurrence encouragé par l'islam qui prêche pourtant la culture du savoir. On dit bien «*outloobo l°'ععil°ma mina l°mah°'di ila lla'حه°di», nous répétait Baba. *(Faites la quête du savoir du berceau au linceul, conseillait mon père.)

    En outre l'insouciance réservée à la culture actuellement, est un virus qui a attaqué les peuples incultes par vocation. Ceux-ci occupés par leur existence limitée se contentent de gagner leur pain et se reposer, les autres, suffisants par arrgance, se limitent au superficiel et au virtuel. Aussi pour les uns et les autres, leurs désirs ne se matérialisent-ils jamais.

    Je connais quelqu’un, raconte Badia, qui reste plusieurs journées fixé sur des propositions de gain d’argent numérique et sur des prévisions de voyante à la quête d' internautes potentiellement préparés à expertiser leur curiosité naissante. Mama dirait ''wkane l'خخoo'خخey°dawi, y°dawi rassou; b'ححal lli kat'ققoullo aji ya l°f'ققin°s'ححérl°kععan'd خخalti'' (Si la pêche tarée guérissait son consommateur, elle se guérirait d'abord la première, comme si tu disais au fkih-mage, viens je vais te chercher des recettes magiques et envoûtantes chez ma tante la sorcière).

    Il paraît que des sommes d’argent phénoménales sont proposées par de vieux riches parasites célibataires soucieux de léguer leur fortune à des personnes sélectionnées, je ne sais comment! Alors cet internaute assidu fouine, fouine tous les sites susceptibles de le dédommager de tant d’intérêt porté à la chose. (Il se croit très intelligent en jouant au débile, celui-la!, pense Badia). Je ne vais quand même pas succomber à leur charlatanisme, je veux les dénoncer, accuse le fanatique de l'info. Ils ont leur source en Côte-D’ivoire, a-t-il découvert, et ma foi leur jargon est hautement emprunté à la jurisprudence!,( entend Badiعa cafouiller dans la bouche de l'internaute dévoué.)

    L'argent facile tente tout le monde!, estime-t-elle.

     

    Et tu constateras,(encore sur notre FB), poursuit Badiعa motivée par ce sujet, ''zéro j'aime'' sous la publication d'articles littéraires de la part des consultants-es quisont juste intéressés-es par des nouvelles brèves de faits divers, ou par des clips vidéos. Par contrele nombre des ''j'aime'' excède les centaines sous la publication des chansons style moderne ou celles classiques ressuscitant les anciennes vagues de chanteurs. Les commentaires-éloges aimables foisonnent et témoignent de l'émerveillement instantané de la Face Béate qui se manifeste illico sur le rectangle bleui.

    Oh!, c'est juste un petit «merci de nous rappeler...». Et au diffuseur de répondre: «Hada mine wajibi», en arabe classique. (Ceci, est de mon devoir, réplique l’amphitryon des chansons oubliées).

    Bada toute attendrie Face Béate, aime bien ceux qui se fabriquent une image de marque fondée sur leur sens du devoir envers leur nation. Ce sont souvent des ressortissants du pays qui débordent de nostalgie pour leur culture d'origine.

    J'ai l'impression que la propagande de l'art conçu telle une entreprise de diffusion, est à la quête de la culture des sens, conclut Badiعa.

    Ah!, le besoin de l’authenticité, dit quelqu'un, ça stimule les nostalgiques de la vieille époque.

    Vous savez!?, rappelle mon interlocutrice, nous avons un riche patrimoine de chansons typiques, authentiques d'auteurs incontournables comme Fouiteh, L°rarbaoui, L°bidawi....

    Sid Foulan et ses fans sont là pour ça, pour vous les recommander, vous les rappeler.

    Tu peux aussi faire partie de ces Faces de Bouc qui sont souvent adhérents à ces groupes, comme celui par exemple intitulé «Transcodeurs Sensibles», ou ''Fleurs du Mal'', (F. D. M) qui vous ajoutent à leurs cercles de membres motivés ou obligés de répondre brièvement afin de signaler juste votre présence et vos flatteries à La Fontaine, non pour figurer dans ''la Cour des Grands'' mais pour marquer votre aimable assiduité, votre soi-disant intérêt pour les graphies présentées en fleurs fleuries. Du passe partout quoi!

    Votre admiration est aussi convenue.

    Mais c’est normal! C’est convivial! La notion du partage de l’Art, de la Beauté et de l’Authenticité! C'est d’une noblesse!, s'extasie la jeune femme devant la Face Bleuie.

    Tu dois en faire ta propre mission comme quelqu’un qui dit: FB est un moyen d’évasion pour moi chercheur brillant à domicile, devenu quand même la star de l’intelligence, du raffinement culturel, dit-il: j’en ai fait ma mission de faire reconnaître nos peuples à ces racistes xénophobes qui doivent voir et savoir qui nous sommes, c’est nous la race élue!!!!

    C'est nous les Faces Bleues!!

    Lorsqu’on a plus de trois cents cinquante amis... (Mais, c'est rien!, remarque sa fille qui en a quatre mille trois cent-cinq). Badiعa parle d’elle, on peut quand même émettre un jugement et même tirer une conclusion à partir des activités médiatiques des uns et des autres, ceci se diffuse bien non?? Elle affirme que ce nombre ajouté à la liste des amis des membres de la famille, dépasse des milliers! Je n’ai pas fait ma petite enquête, dit la femme confusément, je furète, c’est facile de tomber sur des murs archi pleins d'informations de toutes sortes. Cependant, vas y voir, chez-nous, zéro commentaires aux écrits littéraires publiés! Les like se font surtout pour les tableaux ornés de paroles divines conformes au sacre de l'Unique le Grand, ou au look de certaines qui se font ressembler aux stars des chansons en vogue, et à celui des acteurs ou comédiens, ou à celui des célébrités de la mode.

    Je ne sais pas comment elles font! Leurs photos sont truquées?!

    Je trouve aussi parfois quelques réponses choquantes aux questions qui touchent des sujets anodins comme «l'amour qu'on porte à une femme nécessite de notre part du respect pour celle-ci» C'est choquant!, non?!! Comme si la femme ne serait respectée que si elle était aimée par une Face de Bouc! Vous devinez la suite...

    Et les réponses des fanes du Face-Bouc vont bon train. ''Oui''.. ''C'est vrai''.. ''En effet'' ''C’est super!''..''Merci cher, t’as raison'' Que des réponses aussi chouettes que la question qui les suscite.

    Arrête!, toi!..

    Laisse-moi divaguer comme d’autres…j’ai le droit de citer, non?!

    Autrement, continue Badiعa, chez nos bourgeois du FB, à mon avis, ces transmissions de plaisirs à partager dans la générosité du cœur et du bon goût, se mesurent surtout par le choix du soi-disant ''meilleur'' à offrir aux amis. C'est le choix des admirateurs de l’Art fascinant et sensationnel. C'est le choix judicieux des beaux morceaux de musique animée avec des paysages de rêve, juste pour dire ''Bonsoir ou Douce nuit'' avec des images de fleurs épanouies, des bouquets de baisers.

    C’est pour l’enchantement des sens sommeillant.

    Quel bonheur transposé en toute suavité fondant dans le cœur des ''branchés'' en quête de contacts savoureux!

    Quelle déception pour les ''en quête'' d’appréciations de qualité mettant leurs écrits à l’épreuve du tâtonnement auprès de lecteurs éventuels!

    Les commentaires réponses à rédiger sous forme de textes appréciatifs ou critiques sérieuses manquent affreusement. La réaction vive se limite tout au plus au nombre du pouce levé. Enfin des p’tits mots gentils de goûteurs potentiels qui s'expriment en.. ''Beau ! Sublime ! Magnifique ! Merciiii ! Wawwww.. !....'' C'est suivi d’une ribambelle de points d’exclamation sans plus. Les commentaires en lignes multipliées écrites rigoureusement semblent handicaper les Faces Béates.

     

    Aح!, les consultantes lectrices goûteuses potentielles de poésie de pros, on ne vous dira jamais merci!

    Heureusement qu’il reste la joie provoquée par le pouce levé.. ! 

  • La rencontre chant/poésie

     

     

    «Ce dialectal marocain si riche et varié, aussi snobé soit-il par quelques pays arabes, quand il est employé par un génie de la Chanson marocaine comme Hحoussine Slaoui, cela donne lieu à des chefs d’œuvres. Ses chansons ahههazije chaعbiya (chants populaires) ont marqué toute une époque d’avant l’indépendance. Nos parents en gardent des leitmotivs symboliques comme: حdéiحض rassek en «dض» emphatique, laye fouzou fik l’قawmane ya flàne! (Fais gaffe concitoyen sinon tu seras bouffé par la gente humaine).. C’est le langage aussi de la poésie populaire malحoune,(Malhoun), poésie très prisée par les marocains et objet d’études et de recherches universitaires. (Je recommande ce lien à ceux qui s’y intéresseraient:http://musique.arabe.over-blog.com/article 25107520.html) citant Fouad Guessous auteur de «le Melhoun marocain dans la langue de Molière». A mon avis, quel(le) qقseida-poème peut-il/elle (il pour poème au masculin français et elle pour قseida au féminin arabe chez-nous), valoir «Rzale Fatma» (Le bel élan de Fatma), on pourrait penser au bel amant de Fatma, par exemple ou «Demlije Lalla Riت (le bracelet de lady Rita); c’est un espace poétique à ne pas manquer. L’usage du dialectal en poésie est plus proche du cœur du peuple marocain, familiarisé avec les chants qui reprennent ce langage du parler quotidien de l'époque et en déterminent forcément la beauté et la richesse d’un patrimoine linguistique purifié de tous les emprunts qui l’ont intégré au fil de l’histoire contemporaine.

    «J’aime aussi Rwicha , me dit Badiعa, ce chanteur berbère qui chante aussi en arabe dialectal«Faتe عlik l’حale» Il est trop tard pour toi.. «عAle l’l’mdina rebرaت chemss» (Le soleil s’est couché sur la ville).. Dans ces deux chansons, je ne sais pas pourquoi il évoque une phrase-clé «عla l’ke’lam briت n’صsoume»:(Je veux faire le jeune des paroles!); comme s’il voulait répondre à son public berbéro arabe: Écoutez les voix et ne faites pas attention aux paroles, c’est juste l’hymne de l’Atlas qui fait écho dans l'atmosphère et vibre dans nos oreilles et dans nos veines. Et, au fond de notre âme musicale il draine les sons vivifiants, les vibrations des voix mythiques d’un passé lointain, ancré dans cette terre hospitalière et accueillante qu'est celle du Maroc-Uni. Faisons abstraction du sens des mots et laissons le chant, cet art musical et poétique, charmer nos sens. Oui!,à chaque fois que j’entends Rouicha ou Najat عTتاabou chanter en arabe ou en berbère, je suis transportée aux cimes des montagnes du moyen Atlas dont les voix profondément enracinées dans la terre, s’élèvent au ciel, touchent les harpes des muses, puis dégringolent au fond des vallées et remuent tous mes sens. Ces voix spécifiques à l’intonation tamazigh, chantent en arabe à travers des voix graves d’hommes se touchant les épaules, en symbiose avec les voix aigües de femmes se serrant les coudes. Toutes ces voix montantes, unies et profondes, sont mêlées à quelques instruments musicaux élémentaires, parfois aux seuls guembri, luth berbère et au benedir, sorte de tamtam tenu par les deux bras du danseur, soulevés à hauteur de son buste; on a l’impression de ne voir que le tambourin plat sur lequel il bat la percussion avec ses deux mains, transformées en élytres battants. Souvent les chants sont menés par une voix d’homme, chef d’orchestre qui peut aussi s’accompagner par trois ou quatre femmes enroulées typiquement dans leur linge blanc, serrées aux hanches par des cordes noires tressées, garnies de grosses paillettes multicolores, tonitruantes. Ces femmes toutes vibrantes de leurs cordes vocales, répondant au rythme ambiant, exécutent des mouvements de danse typique à la région, répétant à l’unisson ce chant hermaphrodite que j'imagine bruiner dans mes oreilles, au flux de ces vers spontanés qui me viennent en tête...

     

    ô femmes musicales

    ô femmes fertiles de l’Atlas généreux

    ô femmes philharmoniques

    ô épouses des grands bâtisseurs des piliers du ciel

    ô zéphyr des harpes divines

    ô arsenal de chair de tenues et de bijoux sautillant

    ô rythme des longues complaintes

    À la mesure des intonations aiguës&viriles

    Vous fécondez l’androgyne

    ……….

    «Je suis frappée par ces voix féminines dépassant celles masculines du modeste orchestre placé en arrière timbre&son! Leurs voix mélangées en concert avec la tonalité des instruments, arrivent bien distinctes en flots, en bas de nos oreilles comme le bruit des cascades giclant sur les roches cristallines argentées, sorties du giron des montagnes de l’Atlas jurassique. Je goûte l’a’ssala, atتoraت l’watani (notre patrimoine culturel authentique) qui n’est pas utilisé dans un cadre folklorique destiné aux touristes, ou consacré aux festivités nationales. J’aimerais que toutes les chansons berbères soient traduites en arabe dialectal, en cette darija que les peuples des pays de l’orient soi-disant ne saisissent pas bien. Elle les rebute notre darija parait-il ces chauvins de l’orient, aussi imprégnés de leurعourouba, ce panarabisme qui n’a pas aboutit.. Notre darija s’alphabétise heureusement dans la chanson, le théâtre, la comédie chaعbi.(pop),au cinéma, dans la pub...etc. C’est à voir et à diffuser dans tous ces pays parlant l’arabe; Vous pouvez consulter ces liens: www.marocdarija.com ou www.tube4us.com